Quel cadre juridique ?

Historiquement issu de la dynamique des jumelages apparues après-guerre avec l’Allemagne dans l’objectif de promouvoir la paix sur le continent européen par l’interconnaissance et le dialogue (objectif encore très actuel), les liens entre les communes et autres collectivités locales françaises et leurs homologues étrangères se sont étendues au gré des événements mondiaux (sécheresse au Sahel dans les années 70, chute du bloc soviétique, émergence du rôle économiques des métropoles / territoires …) et des volontés locales à des actions humanitaires, d’aide au développement ou encore de rayonnement économique.

  • En 2014 (Loi n° 2014-773 relative à la politique de développement et de solidarité internationale),l’importance du rôle des collectivités locales dans la politique étrangère et européenne de la France a été réaffirmée et leurs capacités d’action dans ce domaine ont été renforcées.

 

  • Ainsi, « dans le respect des engagements internationaux de la France, les collectivités territoriales et leurs groupements peuvent mettre en œuvre ou soutenir toute action internationale annuelle ou pluriannuelle de coopération, d'aide au développement ou à caractère humanitaire. »

Cette définition inclut donc aussi bien les projets à visée solidaire, économique ou d’échanges culturels qu’ils soient menés au Mali, en Roumanie, au Laos ou aux Etats-Unis.

Solidarité ici et ailleurs

Attaché depuis sa création aux valeurs de solidarité, le Sicoval mène depuis 2004 une politique de coopération et de solidarité internationales visant à contribuer concrètement au développement de territoires moins favorisés et à promouvoir sur son espace propre la diversité culturelle et les valeurs de fraternité et de tolérance. Il oeuvre ainsi, aux niveaux local et international, pour un avenir meilleur et plus durable pour tous.

Faire vivre la solidarité au-delà de nos frontières

En pratique, les principaux objectifs de cette politique de coopération internationale visent à :

  • apporter une contribution concrète à l’amélioration des conditions de vie des populations, et participer à son niveau aux objectifs nationaux et internationaux de solidarité internationale (les17 Objectifs de Développement Durable de l’ONU),
  • partager son expérience de la gestion démocratique d’une collectivité,
  • développer l’interconnaissance et les liens de solidarité entre les populations,
  • offrir de nouveaux espaces d’expériences à la jeunesse (éducation, culture…),
  • favoriser les relations entre les acteurs des territoires partenaires et encourager les communes à s’engager dans des projets de solidarité internationale.

La coopération avec les pays du Sud

Cette politique se concrétise en particulier par des partenariats de coopération décentralisée visant à accompagner dans leur développement trois collectivités locales africaines :

  • Au Sénégal, les communes de Gandon et de Ndiébène Gandiol
  • En Guinée Conakry, la commune urbaine de Labé

Ces partenariats s’inscrivent dans une logique d’enrichissement mutuel des collectivités, en fonction des besoins et possibilités des unes et des autres. Élaborés de manière concertée et en respectant l’indépendance de chaque collectivité, ils privilégient les actions conduisant à des transferts de compétences ou établissant de véritables échanges égalitaires, dans un objectif de pérennisation des projets.
Le Sicoval entretient des liens directs avec les collectivités partenaires dans le cadre de protocoles d’accords de coopération définissant clairement le cadre et les objectifs du partenariat (modalités d’intervention, durée, instances de pilotage, méthodes d’évaluation).

Les actions menées s’articulent autour de trois axes :

  • l’appui institutionnel, pour une autonomie de gestion renforcée des collectivités partenaires,
  • le développement durable : amélioration de l’accès des populations aux services publics (eau, assainissement, santé…), mise en oeuvre d’actions de développement local (agroforesterie, création de places de marché…),
  • la mise en relation des acteurs et populations des territoires partenaires, pour favoriser leur interconnaissance, leurs échanges et initiatives : appui aux projets d’échanges de jeunes, soutien aux projets associatifs et communaux.

Ces partenariats sont mis en œuvre selon les principes suivants :

  • les collectivités africaines assurent au moins 10 % du financement des actions et le Sicoval, en lien avec ses partenaires (État, Agence de l’eau Adour-Garonne…) mobilise les 90 % restants,
  • les actions sont menées en priorité avec les partenaires locaux des collectivités locales (services de l’État, ONG locales…),
  • le Sicoval renforce les capacités de mise en oeuvre des collectivités partenaires à travers la mise à disposition de volontaires de solidarité internationale et de services civiques.


Promouvoir la tolérance et la diversité culturelle auprès des habitants du Sicoval

Le Sicoval sensibilise ses habitants et mobilise les acteurs locaux sur les enjeux de la solidarité internationale et du dialogue entre les cultures. Il mène dans ce but des actions sur deux axes :

  • informer et sensibiliser les habitants, notamment les enfants et les jeunes, à travers l’accompagnement de projets locaux portant des valeurs en lien avec la citoyenneté mondiale et le vivre-ensemble (ex : projet Pour une Jeunesse Ouverte sur le Monde) ;
  • mettre en réseau les acteurs et favoriser les échanges et les synergies par la participation ou l’organisation de rencontres sur le thème de la solidarité internationale. À ce titre, le Sicoval est un membre actif du réseau régional multi-acteurs Occitanie Coopération.

Télécharger la plaquette Coopération et solidarité internationales du Sicoval.

Les projets co-construits avec les partenaires du Sénégal et de Guinée Conakry

Depuis 15 ans, le Sicoval s’investit dans la solidarité internationale, en développant des partenariats avec les communes de Gandon et Ndiébène Gandiol au Sénégal et la commune urbaine de Labé en Guinée Conakry. Les actions sont construites ensemble et co-financées, afin de répondre aux besoins locaux réels et d’être adaptées aux problématiques de terrain. Les projets ont notamment permis d’améliorer les conditions de scolarisation, l’accès à l’eau, d’aménager des parcelles d’agroforesterie, de former les élus et techniciens locaux…

Les actions menées avec Gandon et Ndiébène Gandiol

  • appui institutionnel : mise en place de formations d’élus et techniciens (mobilisation des recettes locales, usages informatiques, accompagnement au secrétariat…),
  • développement durable : accès à l’eau potable et à l’assainissement, pour les équipements publics notamment (écoles, cases de santé, marchés), aménagement de parcelles d’agroforesterie gérées par des groupements de femmes,
  • mise en relation des acteurs des territoires partenaires : accompagnement et soutien des projets portés par les acteurs des deux territoires : correspondances entre écoles, chantiers solidaires de jeunes, jumelages entre communes et villages.

Les actions menées avec Labé

  • appui institutionnel : mise en place de formations d’élus et techniciens (outils informatiques, accompagnement au secrétariat, mobilisation des recettes locales, informatisation de la gestion de l’état civil…),
  • développement durable : construction d’un marché couvert (hall, latrines, point d’eau), préservation de la principale ressource en eau de Labé (reboisement et aménagement du bassin de Toury).

Contact :

Charlotte Gaudry
Cellule Coopération et Solidarité internationales
Tel. 05 62 24 28 51
solidariteinternationale @ sicoval.fr

Envoyer par mail

Les champs suivis d'une astérisque * sont obligatoires


Séparés par des virgules