Une même envie d’agir pour l’ouverture au monde

Léa et Oumar ont rejoint début novembre les services du Sicoval pour une mission de plusieurs mois. Engagés comme services civiques au sein de la Direction Cohésion sociale, ils travaillent ensemble sur deux projets portant des motivations très voisines : favoriser le respect de chaque individu dans sa différence ; mobiliser chacun sur les valeurs de dialogue et d’ouverture aux autres. Léa a grandi à proximité de Toulouse alors qu’Oumar vient de Gandon, près de Saint-Louis, au nord du Sénégal. Nous avons voulu connaître leurs motivations, creuser ce qui les avait réunis dans cette mission.

Léa, 24 ans

J’ai grandi tout près d’ici, à Escalquens. Après un DUT en animation socio-culturelle, j’ai entamé des études d’éducateur spécialisé, puis travaillé trois ans dans différents milieux (coordination de projets citoyens, manager en restauration, animation). Cette mission de quelques mois au Sicoval me donne le temps de réfléchir et d’affiner mon orientation professionnelle.


Mes missions - communes avec celles d’Oumar- sont liées à l’animation des projets "Vivre ensemble" et "Pour une jeunesse ouverte sur le monde". Le premier est destiné en tout premier lieu aux agents du Sicoval alors que le second s’adresse aux publics enfance et jeunesse du territoire. Ce qui me motive dans cette mission, c’est d’abord la promotion de valeurs auxquelles je suis très attachée : le respect de chaque individu, l’ouverture aux autres et à la différence, le dialogue entre les cultures. Ces valeurs font partie d’une éthique positive que j’aimerais transmettre, au sein d’une société trop souvent marquée par l’individualisme, le matérialisme et la négativité.

L’intérêt de ce volontariat est également de relier l’expérience que j’ai acquise sur le terrain auprès de publics divers et la théorie acquise lors de mes quatre années d’études. Le fait de mener ce travail en binôme avec Oumar est très enrichissant. Il s’agit d’un vrai échange interculturel, tant sur nos modes de vies que nos parcours professionnels respectifs. Je découvre la culture sénégalaise avec plaisir ! Cette découverte me permet une réelle prise de recul par rapport à notre société.

Oumar, 25 ans

Je suis originaire de la commune de Gandon, liée depuis plusieurs années avec le Sicoval par un partenariat de coopération. J’ai étudié à l’université la langue et la civilisation allemande ainsi que le français et l’anglais à Dakar, la capitale.
Ce qui a motivé mon souhait de venir en France en tant que service civique « en réciprocité », c’est l’envie de rencontrer des personnes avec d’autres visions du monde, de découvrir, d’apprendre. J’ai décidé de faire un arrêt dans mes études universitaires et je profite de cette occasion pour découvrir d’autres opportunités.

J’ai aussi l’envie de faire connaître ma culture auprès des agents du Sicoval et des jeunes du territoire. Je compte valoriser la culture sénégalaise, faite de partage et d’humanité. Je vais intervenir pendant les vacances de février à l’Espace Jeunes de Labège. Au programme, initiation à la lutte sénégalaise, à la danse et à la musique en wolof et découverte de contes sénégalais. Nous préparerons un repas avec une adolescente burkinabé et sa mère. L’objectif est de l’encourager à valoriser sa propre culture. Ce sera vraiment une expérience multiculturelle. En avril, j’irai rencontrer les jeunes d’Escalquens. Là aussi, initiation à la danse, à la langue wolof, contes, jeux…  Avec l’espoir de pouvoir nous présenter un jour devant le public.

De plus, mon expérience associative au sein de ma commune afin de sensibiliser les jeunes, fait écho aux missions du Service Civique.
Je participe aussi à l’organisation du Chantier jeunes 2020, qui vient de commencer. Je vais donner aux 15 jeunes français un premier aperçu de ce qu’ils découvriront sur place, au Sénégal. Pour cela, je les familiarise avec la culture sénégalaise et le mode de vie de mon pays.

Travailler en binôme avec Léa est enrichissant. On échange nos modes de vies, nos compétences et on s’entraide dans nos missions respectives.

En savoir plus sur le projet PJOM et la politique de Coopération et de solidarité internationale du Sicoval.

Envoyer par mail

Les champs suivis d'une astérisque * sont obligatoires


Séparés par des virgules