Un ciné-débat pour dire STOP !

Un ciné-débat pour dire STOP aux violences faites aux femmes


Engagé depuis 2005 contre les violences faites aux femmes, le Sicoval a organisé dans le cadre de son Conseil Intercommunal de sécurité et de Prévention de la Délinquance (CISPD) un ciné-débat en présence d’élus et de partenaires pour continuer d’agir ensemble et éviter le pire !

Ce 24 novembre, veille de « la journée nationale pour l’élimination des violences faites aux femmes » ; un ciné-débat autour du court métrage de Xavier Legrand « Avant que de tout perdre », plusieurs fois distingué ; a eu lieu au cinéma Studio7 d’Auzielle. L’occasion d’informer les élus, parfois démunis face à de telles situations, des différents dispositifs en place sur leur territoire en présence de nombreux partenaires : le Parquet et  le Tribunal judiciaire de Toulouse, le Conseil départemental 31, la Gendarmerie nationale, l’association France Victime 31, le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles de la Haute-Garonne (CIDFF31), l’association pour la promotion des initiatives autonomes des femmes (APIAF).

Malgré les mobilisations et l’information, les chiffres sont têtus. En 2020, les violences conjugales ont progressé de 10% en France selon le Ministère de l’intérieur ; et la Haute-Garonne n’échappe pas au phénomène. " Depuis le début de l’année, 2 400 procédures pénales ont été ouvertes auprès du Parquet pour violences intra familiales ce qui inclut les violences physiques et sexuelles, un chiffre en légère hausse ", pointe Alice Gardair, substitut du procureur de la république et référente violences intra familiales et conjugales au parquet de Toulouse. Même constat au sein de la compagnie de gendarmerie de Villefranche-de-Lauragais. " Depuis 2017, ces faits ont pratiquement doublé, nous en avons enregistré 249 cette année et ils concernent l’ensemble du Sicoval ", indique la capitaine Christelle Renou.

Pourtant, sur l’ensemble des 36 communes, gendarmerie, collectivité et associations travaillent déjà de concert depuis plusieurs années ; menant des actions parfois très innovantes auprès de ces victimes et de leurs enfants (voir ci-dessous). " Depuis 2015, nous avons mis en place un dispositif permettant de mise à l’abri en cas d’urgence des victimes et leurs enfants lorsque les services sociaux sont fermés ou que l’hébergement d’urgence (115) est complet. Pour cela nous avons un partenariat avec des hôtels et des compagnies de taxi ", décrit ainsi Olivier Capelle, le président du CISPD. « Depuis octobre dernier, nous avons aussi mis une salle à disposition de la gendarmerie dans l’une de nos communes pour installer une Cellule de Lutte contre les  Violences conjugales (CeLVic) dédiée spécifiquement à la prise en charge des victimes de violences conjugales et des enfants co-victimes. »

Ce lieu ouvert H24 et 7j/7 permet à des victimes  de se confier à des gendarmes expérimentés et de porter plainte sans avoir à se rendre en gendarmerie.

Le Sicoval déjà mobilisé contre les violences conjugales

  • transport et hébergement d’urgence en relais avec le 115
  • soutien du réseau d'alerte VIF Gendarmerie : action de sensibilisation auprès d’une centaine de commerçants de proximité pour informer les victimes
  • formation et sensibilisation des professionnels de premier accueil du territoire avec le Centre d’information sur les droits des femmes et des familles de la Haute-Garonne (CIDFF31)
  • promotion des dispositifs nationaux, dont le 3919 numéro gratuit et anonyme à destination des victimes de violences sexistes et sexuelles, de leur entourage et des professionnels concernés fonctionnant 7j/7 et H24
  • Installation d’une cellule de Lutte contre les Violences conjugales (CeLVic) sur le territoire du Sicoval.

Face aux violences conjugales, réagissez !

Que vous soyez victime ou témoin de comportements violents ou potentiellement violents, il est crucial de connaître les premières démarches à mettre en œuvre et les acteurs sociaux et associations spécialisées en mesure de vous venir en aide. Signaler les faits de violence est particulièrement important pour parvenir à sortir de ce cycle.

En cas d’urgence et de danger immédiat

 


Pour un conseil, une orientation ou signaler un fait de violences

  • Signaler votre situation sur Internet via la plateforme dédiée fonctionnant tous les jours sans exception, 24h/24 avec un tchat non traçable : https://arretonslesviolences.gouv.fr/
  • Portail « violences sexuelles et sexistes » signalement-violences-sexuelles-sexistes.gouv.fr : dialoguez avec un ou une gendarme via un tchat de façon anonyme 24h/24 et 7jours/7
  • Portail Brigade numérique de la gendarmerie nationale : « tchat » avec la gendarmerie 24h/24 et 7j/7 : https://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/a-votre-contact/contacter-la-gendarmerie/magendarmerie.fr
  • Sur place à la gendarmerie ou à la police nationale pour déposer une plainte (uniquement par la personne victime) ou signaler des faits.

 

Envoyer par mail

Les champs suivis d'une astérisque * sont obligatoires


Séparés par des virgules