Rencontre-débat "Comment bien vivre dans nos centres-bourgs ?"

Le centre-bourg était autrefois le lieu de vie des habitants, on y habitait pour la plupart, on pouvait y faire ses courses, rencontrer ses voisins… Est-ce toujours le cas aujourd’hui ? Comment ont-ils évolué ces dernières années sur le territoire du Sicoval ? Quelles fonctions pourraient avoir les centres-bourgs face aux défis de demain (changement climatique, diminution des ressources naturelles, numérisation de la société…) ? La rencontre-débat du 29 juin 2017 organisée par le Codev s'est penchée sur ces questions...

Les interventions

Projection du film "Les centres bourgs, pourquoi faire?"

Avec la présence de

Intervention de Mélanie Gambino, Maître de conférences en Géographie - UT2J - Lisst-Dynamiques Rurales - Diaporama à télécharger

Émulations des ateliers

Les ateliers qui ont rassemblé plus d'une trentaine de participants ont porté sur 2 questions :

Comment vivez-vous vos centres-bourgs sur le territoire du Sicoval? (diagnostic)

Une recherche de proximité

Les habitants des villages et bourgs en périphérie de Toulouse viennent tout d'abord chercher "une vie de village" qui se caractérise par une certaine proximité et un lien social. Cette proximité souvent impulsée par la vie associative locale ou par des évènements (foires, marchés, vide greniers...) reste cependant très dépendante de bénévoles et d'une masse critique de personnes engagées.Il existe des initiatives locales intéressantes qui stimulent la proximité et le lien social comme l'exemple d'un projet d'épicerie associative en cours sur la commune de Fourquevaux.

Mais certains habitants se contentent de leur habitat sans pour autant vouloir entretenir des relations locales. Les bourgs sont alors plus des "cités dortoirs" que des lieux conviviaux et de vivre-ensemble.

Une taille critique pour le développement de commerces

En dehors des grandes communes comme Castanet-Tolosan, Ramonville, Escalquens, Baziège... les petits bourgs ne bénéficient pas de commerces de proximité : "Il faut parfois faire 5 km pour aller chercher du pain". Les personnes âgées sont les premières vulnérables par ce manque de commerce sur place car ils sont souvent restreints au niveau de leur mobilité.

Quelles seraient vos envies pour demain ? (propositions)

  • Fédérer et faire réseau / Développer les liens du tissu associatif 
  • Identifier une "saison culturelle" entre communes appartenant à un même bassin de vie afin de bénéficier d'une masse critique de spectateurs et de ne pas se faire concurrence
  • Se mobiliser autour de la "centralité du dimanche" avec des activités culturelles, des animations, un marché, etc... Puisqu'en semaine les centralités sont multiples et orientées vers la ville et le travail, cadencées par les mobilités pendulaires.
  • Mettre en exergue la proximité et la qualité des lieux de vie par le maintien d'une animation diversifiée
  • Faciliter la mixité habitat / emploi : multiplier les petits bassins d'emploi et faciliter la mobilité professionnelle (tiers lieux, co-working...)
  • Mettre en place une desserte numérique
  • Développer un co-voiturage local pour créer des liens et rendre services ainsi que les pistes cyclables
  • Améliorer le maillage, la fréquence et la fiabilité des transports en commun afin notamment de permettre le maintien au village des populations vieillissantes et captives
  • Répondre aux besoins de commerces et de services notamment médicaux afin de favoriser les échanges et rencontres 

Envoyer par mail

Les champs suivis d'une astérisque * sont obligatoires


Séparés par des virgules